Partagez
Aller en bas
avatar
¤ Maitre du Jeu ¤

Messages : 415
Voir le profil de l'utilisateur

Songes d'une nuit d'été [Ga, Eizo]

le Mar 2 Aoû - 17:56






Meeting au lac... et une guest star
[Ga, Eizo & MJ pr00t, première partie]

Une étendue d'eau à perte de vue. Un tronc d'arbre, mort, soulevé de manière incessante par les vagues d'écumes. Le soleil, d'un rouge sans pareil, était en train de se coucher sur ce majestueux tableau, à peine voilé par la présence de nuages blancs, purs.

C'était dans ce décor idyllique qu'Eizo avait rendez-vous avec la magnifique et dangereuse Terumi Mei. L'excuse qu'elle avait trouvée était de discuter de stratégies de chasses de déserteurs du village, mais au fond de lui, il en doutait. Peut-être espérait-il une nouvelle rencontre du troisième type avec sa boss, qui sort très légèrement du cadre de travail habituellement autorisé entre un chef et son subordonné ? Une chose était certaine, il attendait depuis quelques dizaines de minutes lorsqu'une silhouette se découpa au loin. Une silhouette magnifique, à la longue et édifiante chevelure.

Mais ce n'était pas la mizukage.

Cette dernière avait confié à Ga une missive pour Eizo. Elle ne lui en avait pas dit plus, à part le lieu et une heure approximative. Apparemment, elle était simplement trop occupée pour l'Homme. Mais c'est dans ces circonstances, que tout commença.


_________________________________________

En résumé, Eizo est sensé rencontrer la Mizukage pour discuter de poursuites de nukenins. Seulement, c'est Ga qui vient à sa place, avec une lettre dont elle ignore le contenu mais qu'elle doit remettre au sabreur. C'est en quelques sorte un prologue pour mettre en place la mission.

~~ Merci à Sei pour la mise en page ~~
avatar
Administrateur
Nibanme
二番目

Messages : 263
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m93 et 85kg
: Kiri
: Kirigakure no satô
● Disponibilité du joueur ● : J'aimerai me faire violer dans les plus bref délais. Merci.

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
46/58  (46/58)
PV:
320/320  (320/320)
PC:
725/725  (725/725)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Songes d'une nuit d'été [Ga, Eizo]

le Ven 5 Aoû - 9:50
Ce n’était pas peu dire que le combattant au corps couturé de cicatrices ne gouttait pas le moins du monde la douceur de ce paysage enchanteur. Fort et immédiat, il n’était pas le genre d’homme à se poser sur un ponton à regarder le couchant tout en se questionnant sur le pourquoi du comment les choses fonctionnaient dans ce monde. Il était plus adepte des entrainements violents et des efforts poussés à l’extrême pour parfaire sa maitrise de son corps comme son démon. Quoi de plus normal pour un homme qui s’était engagé dans la voie du sabre, la main sur le katana, comme un Samurai…

Et la voie du Samurai lui imposait de travailler ses techniques et ses mouvements chaque jour de sa vie pour approcher la perfection. Approcher seulement car la perfection n’existe pas mais que s’en approcher reste néanmoins possible. Artiste des Arts Martiaux Mixtes comme de la Voie du Sabre, Bretteur de la Brume cherchait donc à être l’homme le plus proche de la perfection dans ce bas monde pour s’imposer comme étant le meilleur. Alors autant dire qu’il n’était pas genre d’homme à se laisser tirer hors de ses séances de musculation comme d’entrainement pour n’importe qui. Mais Mei n’était pas n’importe qui…

Alors il s’était tiré hors du centre d’entrainement du Nexus pour finalement rester planter dans les vents humides du lac, sa longue tunique sombre battant les airs dans son dos alors qu’il attendait, encore et toujours. D’ordinaire, leurs réunions de travail avaient lieu dans le bureau de la Mizukage et la dernières fois qu’ils s’étaient trouvés sur l’une des plages de ce lac, ils s’étaient entrainés avec une intensité folle avant de se retrouver de charnelle façon…

Alors peut être qu’un cas particulier demandant l’implication personnelle du Bretteur de la Brume bouleversait les codes, mais dans un coin de sa tête il espérait un peu plus qu’un simple ordre de traque. Car plus que la violence d’un combat, Eizo appréciait tout particulièrement le corps de Mei… Bras croisés sur le torse, le manieur de sabre sentit ses narines frémir sous les effluves d’une féminine odeur qu’il ne reconnaissait pas vraiment alors que ses sens lui indiquaient une présence dans son dos. Ne prenant pas la peine de se retourner pour faire face à sa douce, le Jinchuuriki se contenta de souffler d’un ton amusé :

« Nouveau Parfum ? »

Étirant un sourire sur ses fines lèvres, le Sabreur aux muscles zébrés de cicatrices ne prit pas la peine de se retourner. Il appréciait particulièrement sentir Mei se blottir contre son dos. Mais peut être que la situation n’autoriserait pas au couple autre chose que le maintiens de leurs fonctions respectives…
avatar
Invité
Invité

Re: Songes d'une nuit d'été [Ga, Eizo]

le Lun 8 Aoû - 23:46
Songes d'une nuit d'été



Un soleil ardent zébrait le ciel avec ses rayons rouge sang. Tout dans ce paysage était d’une tranquillité infinie. Le bruit de l’eau qui va et vient inlassablement, le soleil mourant à l’horizon, le tronc d’arbre dont rien ne semblait le troublait… Sauf Ga.

Elle était là depuis assez longtemps pour se plaindre, c'est-à-dire cinq minute à peu près. Ce qui rendait l’attente encore plus terrible était sans aucun doute la mystérieuse mission que lui avait confiée sa vénérable Mizukage. Ga n’en savait rien, juste cette fichue enveloppe où apparemment tout était expliquée. Cela l’a démangeait de la déchirée et de découvrir ce qui l’attendait…

Ga lâcha un long soupir qui en disait long sur la patience dont elle pouvait faire preuve. A vrai dire, tout dans ce paysage l’agacée. A commencer par le sable. Grossier et irritant, il s’insinue partout. Ensuite, le vent. Même si la brise était calme, il balayait ses cheveux et le sable. L’eau du lac était, quant à elle, dégueulasse et Ga n’y tremperait pas même pas un orteil dedans.
Oui, la délicatesse du Papillon de Kiri était légendaire…


« Et l’autre clown qui se tape la Mizukage, il est où là ?! » pensa t’elle, rongée par l’ennuie.

Elle attendait un personnage important : Okamura Eizo. Elle n’avait jamais réellement rencontrée le Jinchuuriki, mais Ga ne trouvait rien à redire du bras droit de Mei. Ce qui était bon signe pour leur relation dans cette mission. Un homme grand, musclé, acharnée de l’entraînement et des résultats brillants. Non, vraiment Ga appréciait déjà cette collaboration… Elle espère juste qu’il ne va pas faire l’erreur de lui sortir ses numéros de dragueur à l’eau de rose en pleine mission. Sans quoi Ga risque de piquer une crise. Non, quand elle est à l’œuvre Ga fait preuve d’un professionnalisme remarquable. Elle en reste pas moins provocante, semble tout prendre à la légère, se moque de tout le monde, mais c’est son style.

Soudain, des pas lointains aux bruits sablonneux résonnèrent jusqu’aux tympans de la Shinusubeki. Très certainement, Eizo que avançait jusqu’à elle. Elle ne tourna pas les talons, attendant que celui-ci l’appelle pour qu’elle se retourner. Ce qu’il ne fit pas…


Nouveau Parfum ? lança-t-il d’un ton presque mielleux.

Ga s’embrasa en un éclair. Elle se retourna avec un regard assassin, laissant apparaître des flammes crépitant dans ses yeux malicieux. A entendre le ton de sa voix et la question, Ga à compris direct. Le malheureux l’avait certainement confondu avec la Mizukage. Forcément, confondre Ga avec la Mizukage, fallait s’attendre à la bombe atomique…

QUOI ?! C’EST A MOI QUE TU PARLES ?? Hurla t’elle en sortant son marteau marquée 100 tonnes avant de l’abattre sur la tête d’Eizo.

Chouchou n’avait absolument rien contre Mei. Elle faisait même partit des rares personnes qu’elle respectait. Seulement, il aurait pu la confondre avec n’importe qui la réaction aurait été identique. Ga est très attaché à son identité propre. Elle se donne d’ailleurs du mal à être différente, à sortir du lot. Elle a peur de l’indifférence. Elle en à trop souffert étant gamine. Eizo aurait dû se contenter juste d’un bonjour pour rencontrer la capricieuse Kunoichi…


« Non, je ne suis pas colérique. Je manque juste de tact avec les gens ! » dit-elle en signe d’excuse.

Reprenant son sang froid, Ga estima Eizo. Grand, baraque, cicatrisé, rompu aux combats…


« Oui, ça va le faire… » Pensa t’elle, pas du tout gêné de sa réaction démesurée.

On peut s’émerveiller de la beauté d’un papillon, mais c’est délicat à attraper. On peut l’attraper dans sa main, mais toucher ses ailes recouvert de spores et c’est la mort assuré du papillon. Essayer d’engager une conversation avec Ga, c’est du même ordre. Sans suffisamment de tact, c’est la mort assurée, mais pas pour elle…


« Bon, mon chou, la Mizukage m’a donnée cette lettre pour toi. Alors tient, dit elle en tendant la missive à Eizo, dépêche toi de l’ouvrir que ça fait quinze plombes que j’attends… »

En espérant que ce cher Eizo soit patient car pendant cette mission, il va devoir être patient pour deux…


๑Non, je ne suis pas colérique. Je manque juste de tact avec les gens ! ๑





Contenu sponsorisé

Re: Songes d'une nuit d'été [Ga, Eizo]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum