Partagez
Aller en bas
avatar
Administrateur
Nibanme
二番目

Messages : 263
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m93 et 85kg
: Kiri
: Kirigakure no satô
● Disponibilité du joueur ● : J'aimerai me faire violer dans les plus bref délais. Merci.

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
46/58  (46/58)
PV:
320/320  (320/320)
PC:
725/725  (725/725)
Voir le profil de l'utilisateur

:: Should've When You Could've ::

le Jeu 7 Juil - 20:36
Assis sur le rebord du lit qui accueillait leurs jeux d’adulte, Eizo était pourtant seul dans les vastes appartements de Mei à l’heure actuelle. Son vermillon regard ne fixait qu’un seul point du mobilier, comme si le reste des lieux n’avait aucune espèce d’importance pour le Bretteur qui semblait discuter du regard avec le meuble en face de lui. En son sein se trouvait la lame de son défunt Maitre, Shuusui Kitetsu avec laquelle il avait livré de bien nombreuses Batailles et qu’il avait finalement légué en Héritage à son Disciple, au seuil de la mort… Une lame que le Bretteur de la Brume aurait aimé tenir dans ses doigts au matin…

Ces événements tournaient en boucle dans son esprit depuis qu’il avait déposé Yagura à l’Hôpital Central de la Brume où ne cessaient d’affluer les blessés comme les convalescents. Son impuissance était une monstrueuse source de haine qui s’était mué en sourde colère avant de libérer un pouvoir qu’il n’avait jamais vue auparavant. Son Manteau de Chakra s’était mué en une indescriptible queue et lui avait offert le luxe de disposer d’une queue formée de bulles de Chakra blanc battant l’air dans son dos. Par son impuissance à vaincre ses ennemis, il semblait avoir débloqué un verrou que ses entrainements et ses efforts avaient longuement entamé et ainsi libéré une partie du pouvoir de son Bijuu qu’il convenait maintenant d’essayer de maitriser. Mais auraient-ils le temps ?

Durant tout le temps que prit Iset à couvrir ses bras entièrement brûlés de bandages, Eizo n’avait cessé de penser aux événements déroulés plus tôt. A la chute de Nex, à l’échec complet de sa stratégie, à la puissance de ce mec en costard blanc qu’il pensait avoir terrassé avant de n’y voir qu’une supercherie, à l’assurance du Colosse qui l’avait glacé d’effroi en lui révélant qu’il ne s’était même pas battu à fond. Plus que quiconque il souffrait de la situation car il s’était entrainé plus que quiconque et qu’il n’avait rien fait dans ce combat ! L’écart ne pouvait pas être si important…

Et quand bien même il pouvait l’être, il se devait de devenir infiniment plus fort en un temps record pour protéger tout le monde ! Et pour ce faire, il comptait bien faire deux choses dont une dépendait de Mei. Il se devait de récupérer sa Lame Shuusui Kitetsu. Pour le reste, une conversation poussée et musclée devait être menée avec Rokubi pour mieux faire sien sa puissance et ne pas les voir s’entretuer dans une stupidité affligeante en laissant une ennemi, certes redoutable, disposer d’un combattant au potentiel presque infini.

Alors pour l’heure il restait immobile sur le lit en canalisant sa rage et sa frustration qu’imposait autant de faiblesse, lui qui s’était juré d’être fort… Il se contentait de laisser ses brûlures tirailler sa peau pour lui imprimer dans la douleur qu’il ne devait plus laisser place à la faiblesse. Ayant refusé tout anti-douleur, Eizo s’était éclipsé quand il avait su que Yagura était hors de danger. Faisant son travail en disposant d’un état des troupes il avait participé à l’élaboration de la future riposte militaire mais avait du s’éclipser comme tous les autres Ninjas quand la Mizukage avait pris une liaison directe avec le Daimyo du Pays de l’Eau. Depuis, il attendait sa belle en fixant le placard où elle avait enfermé son arme. La savoir en parfaite santé avait été un phare de réconfort dans son océan de désillusion, mais pas à même de calmer toute la froide colère qui teintait peu à peu l’attitude d’Okamura. A peine eut il entendu Mei franchir le pas de la porte que sa voix tonnait dans les apartements bien moins vide :


« Je vais avoir besoin de Shuusui Kitetsu… ! »
avatar
GodMother
¤ Godaime Mizukage ¤
五代目・水影

Messages : 1037
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m68/57kg/105D
: Mizu no kuni
: Kirigakure no satô
一族 : Terumi

● Disponibilité du joueur ● : 42

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
8/64  (8/64)
PV:
400/400  (400/400)
PC:
980/980  (980/980)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Jeu 7 Juil - 21:11


Arrivée dans ses appartements, elle referma lentement la porte tout en écoutant la voix d'Eizo qui résonnait doucement dans sa chambre à quelques pièces de là. Marchant d'un pas lent jusqu'à lui, elle poussa légèrement la porte et vint planter une seconde son regard dans celui du bretteur, son pouce passant sur la joue douce elle pouvait sentir la mâchoire contractée à l'extrême du jeune homme. Et l'hésitation la gagna l'espace d'une minute quand ses prunelles plongèrent dans les siennes, sa voix s'élevant également et enfin dans la pièce après un silence lourd. Son ongle effleura sa peau et elle coupa tout contact en se retournant vers le mur qui cachait le sabre et qui était devenu une véritable obsession pour lui.

" - Je sais. C'est une des deux raisons pour lesquelles je t'ai demandé de venir... "

Attrapant la clef sur le meuble à côté, cette dernière avait scellé bien des choses et à présent elle allait ouvrir de nouvelles portes, encore pour tous les deux. La faisant glisser dans la serrure, elle fit glisser le panneau de beau et attrapa entre ses doigts fins le katana avec une infinité de précaution. Ne se retournant pas directement, elle garda l'arme contre sa poitrine avant de finalement se retourner pour avancer vers, relâcha le katana d'une main pour ne plus le tenir que d'une seule et le déposer sur le lit au côté du bretteur tout en gardant son regard fixé sur lui.
Sa respiration était plus lente mais plus lourde, il devait l'avoir remarqué. Et puis cette atmosphère, ses yeux, il devait sentir que Mei avait quelque chose d'important à lui avouer si bien qu'il ne se jetterait pas sur son arme pour en profiter en la voyant ainsi. Muette, elle resta plantée face à lui avant que ses mains ne viennent finalement toucher son visage, relevant ce dernier vers le sien douceur, il pouvait voir les prunelles de sa douce plus humides qui n'avaient jamais pu les voir auparavant. Ses paumes vinrent se perdre dans crinière de jais alors qu'elle était empreinte de doute et d'une incertitude grandissante quant à la décision qu'elle avait prise de tout lui dire. Le fallait-il vraiment ? Était-ce seulement le moment de tout lui dire alors qu'il semblait déjà tant frustré par la défaite que venait de subir Kiri... ?

Les caresses de Mei en disait déjà bien long sur elle, il se doutait sûrement de l'importance de la nouvelle mais sûrement pas, au grand jamais, de ce qu'il allait apprendre. Mais pour l'heure Mei était muette, incapable de parler et de lui dire tant cette révélation avait de l'importance pour eux, leur couple, leur futur. Une boule nouait profondément la gorge de la jeune femme alors que sa respiration était encore plus forte. Ses yeux plongés dans ceux de son amant elle semblait crier à travers ses pupilles se secret qu'elle gardait pour elle depuis une trop longue semaine à son goût mais rien ne traversait sa gorge bien au contraire, plus le temps passait et plus cela semblait difficile.
Un soupir s'échappa dans ce silence de plomb auquel elle ne savait mettre fin. Ses mains revenant encadrer sa mâchoire, elle ferma les yeux et vint l'embrasser avec amour pour trouver le courage qui lui manquait en cet instant pour délier sa langue qui à présent jouait avec celle de son amant.

Déliant lentement leur bouche, elle n'ouvrit pas les yeux, ne restant qu'à un ou deux centimètre de sa bouche avec la sienne. Cette proximité rassurante et ce souffle délicieux avait le don de calmer ses émois, lui faisant reprendre contenance son coeur se mit à battre avec férocité dans sa poitrine tant le moment fatidique arrivait à grand pas. Dans quelques minutes, dans quelques secondes, elle lui avouerait un secret qui allait changer sa vie à jamais s'il l'acceptait et c'était bien là toutes ses craintes...
Posant sa joue contre celle du Jinchuuriki, Mei se mit à mordiller sa lèvre avec anxiété tant la boule nouée dans sa gorge remontait petit à petit avec ses mots qu'elle s'était imaginée lui dire pendant des heures sans parvenir à imaginer sa réaction à chaque fois. Finalement elle lui dirait comme ça, elle ne pouvait pas affronter son regard, si jamais il refusait... son coeur serait simplement briser mais s'il acceptait... Le muscle heurta violemment sa poitrine et ce fut ce moment qu'elle vint à choisir pour extraire d'un seul coup les mots de bouche. Ses ongles se crispant légèrement sur sa peau sans le griffer, il entendit la voix de Mei comme un chuchotement délicieusement doux et emplis d'une signification monstrueusement puissante.

" - Je suis enceinte de toi. "

avatar
Administrateur
Nibanme
二番目

Messages : 263
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m93 et 85kg
: Kiri
: Kirigakure no satô
● Disponibilité du joueur ● : J'aimerai me faire violer dans les plus bref délais. Merci.

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
46/58  (46/58)
PV:
320/320  (320/320)
PC:
725/725  (725/725)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Jeu 7 Juil - 22:45
Il arqua un sourcil à son arrivée, quand elle mentionna deux raisons à sa convocation et qu’il perçut un semblant de tension dans son attitude tendue qu’il imputa immédiatement à l’entretiens qu’elle venait d’avoir avec le Daimyo. En temps normal, il se serait levé et l’aurait serrée dans ses bras pour essayer de la réconforter et de chasser ses doutes, mais de toute évidence Mei n’était pas dans un jour normal et il en eut immédiatement la confirmation quand ses doigts se mirent à parcourir sa peau, dissipant un peu de la frustration face à l’échec dont regorgeait le Bretteur.

Il la regarda lui tourner le dos pour ouvrir les deux panneaux de bois qui retenaient le Katana qu’elle lui avait subtilisé pour lui intimer de ne plus jamais partir, de ne plus jamais la laisser comme il avait bien pu le faire. Elle n’avait pas besoin de cette prise de Guerre pour qu’Eizo ai parfaitement conscience de tout ça et pour qu’il n’ait plus le moins du monde envie de la fuir. Il ne souhaitait plus que passer le restant de ses jours à ses côtés, se réveiller contre son corps et l’embrasser en se jouant du destin qui lui promettait de ne jamais accéder la princesse qu’elle fut dans sa jeunesse alors qu’il ne représentait rien de moins qu’une vermine « bad ass » adepte de combat libre et qui ne méritait pas même qu’on le regarde…

Néanmoins, le Porteur de Rokubi se relever pour faire face à sa belle quand elle lui apporta son bien, dont il n’avait que faire tant l’attitude de Mei avait le don de lui faire imaginer le pire. Il sentait quelque chose arriver, il en avait la certitude et en oubliait entièrement le monde alentour, en oubliait cette arme pour laquelle il s’était battu et tout ce qu’elle pouvait bien représenter dans ce bas monde. En cet instant, seuls les battements de cœur et les lèvres de Mei avaient de l’importance aux yeux vermillon du Jinchuuriki.

Il se laissait autant bercé par ses inhabituelles caresses que muré par ce silence de plomb à même de le plonger dans un doute profond. C’est comme s’il sentait que leur couple fantôme allait disparaitre sous leurs pieds dès l’instant où la belle Mizukage délierait ses lèvres pour lui faire une révélation à même de lui briser le cœur éternellement. Alors il sentit son muscle cardiaque battre plus fort et ferma les yeux quand leurs lèvres se rencontrèrent, laissant sa langue danser contre celle de Mei à un rythme exquis, comme si s’était là leur dernier baiser…

Il tenta de lui offrir un cocon de protection comme de réconfort à l’aide de ses bras puissants quand la jeune femme se plaqua contre lui, les yeux fermés et ses ongles se crispant doucement sur sa peau. Vinrent alors cinq mots… Cinq mots qui firent bondir le cœur et écarquiller les yeux d’un Eizo qui se retrouvait avec le souffle coupé comme après avoir subit le plus terrible des coups de poing de sa vie. Interdit, le jeune homme resta figé sur place pendant des instants qui lui apparurent comme une éternité. Puis ses bras se resserrèrent doucement sur le corps de Mei alors qu’une main passait délicatement dans ses cheveux auburn pour une caresse qui en disait long…

Son cœur battait à tout rompre, d’émotion et de peur entremêlée alors que ses doigts libres glissaient le long du corps de la plantureuse Mizukage pour encadrer son délicat menton et relever son visage qu’il entreprit de mettre tendrement face au sien. Les iris Rubis du disciple de Shiliew trahissaient une foule d’émotion alors que les lèvres du manieur de sabre frémissaient de dire certains mots qui restaient coincés dans sa bouche. La mâchoire crispée finit par se desserrée pour laisser passer des paroles prononcées sur un ton tremblant, inquiet comme désolé :


« Je… Je n’ai rien d’un bon père… Qu’aurais-je à lui apporter à cet enfant ? »

L’étreinte des bras d’Eizo se fit plus forte alors qu’il souhaitait serrer son tendre amour plus fort encore contre son cœur, pour qu’elle puisse y comprendre et y entendre le trouble qui démultipliait ses battements. Le Jinchuuriki était effrayé par la perspective d’un rejeton sur lequel veiller, effrayé par toutes les responsabilités que cela pouvait engendrer. Apeuré par la perspective de ne pas être à la hauteur et de faire office d’exécrable figure paternelle de par le fait qu’il n’en ait, pas vraiment, bénéficié lui-même du fait de sa vie antérieure. Ses yeux se firent fuyants alors qu’il mordait la lèvre inférieure au sang. Il semblait terrifié quand il les releva, embrumés par un liquide que Mei n’avait jamais du lui voir versé, et qu’il prononça :

« Mais si je devais avoir un enfant un jour, j’ai toujours espéré que ce soit le tiens… Alors, je le veux… Je veux être le père de ton enfant, Mei ! »

Dans ce timbre de voix, une indescriptible joie et un bonheur sans borne qui se fit l’écho de la tendre étreinte qu’amorça le Bretteur alors qu’il fusionnait ses lèvres brulantes à celles de son tendre amour. Leur vie allait très probablement changer du tout au tout, ils allaient vivre des bouleversements majeurs dans les affres de la guerre approchantes. Mais intimement, Eizo savait une chose : si un jour il voulait être un couple, il souhaitait être eux deux ! Alors son baiser se fit plus doux et amoureux que jamais, son étreinte à même de doucement soulever de terre la mère de son futur enfant. Et qui il détacha son visage du sien, il la soulevait suffisamment pour que son beau visage surplombe le sien bien plus rude mais mue d’une expression heureuse qu’il n’avait jamais du connaitre. Son front posé contre le sien, il ne manqua pas de murmurer une nouvelle fois des mots qu’il avait gardé pour lui afin de leur donner plus de force le moment venu :

« Je t’aime… »
avatar
GodMother
¤ Godaime Mizukage ¤
五代目・水影

Messages : 1037
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m68/57kg/105D
: Mizu no kuni
: Kirigakure no satô
一族 : Terumi

● Disponibilité du joueur ● : 42

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
8/64  (8/64)
PV:
400/400  (400/400)
PC:
980/980  (980/980)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Ven 8 Juil - 9:56


Elle prit place avec hésitation dans ses bras tant elle pouvait sentir le coeur du Jinchuuriki qui s'était emballé après cette annonce, celui de Mei lui s'était arrêté le temps d'une réponse, le temps d'entendre sa voix. Et il sembla chuté profondément dans les abysses de son être quand elle cru comprendre une réponse négative qui intimait qu'il ne pouvait être un père digne de ce nom. Ses jambes flageolèrent un instant à ces mots, c'était comme s'il refusait avant même d'avoir tenté quoi que ce soit et pourtant ses bras chaud l'entouraient d'une manière qui voulait dire tout autre chose mais elle ne lui répondit pas, interdite encore après ses mots qui s’inséraient chacun avec lenteur comme de fines aiguilles dans son coeur.
Et ce fut vidée de tout affect qu'elle vint à poser ses prunelles dans les yeux d'un Eizo qui était en proie à bien des émotions à présent, éveillant l'intérêt de la belle durant un instant quand elle vit ses yeux humides se posés dans ses yeux, fuyants et délicieusement terrifié à l'idée de devenir père et tout les doutes de Mei se dissipèrent quand il ouvrit à nouveau la bouche, quand il lui offrit la réponse qui fit rebattre son coeur, qui empourpra de plaisir ses joues alors qu'un sourire venait se dessiner sur sa bouche timide.

Ses mains passèrent à l'arrière de la tête de bretteur, le saisissant avec force pour ne pas le voir s'enfuir après des paroles qui n'avaient trop enhardies son coeur. Répondant avec fougue au baiser qu'il lui offrit, ses bras relevés vers sa tête laissaient ses doigts caresser la chevelure sombre en se perdant dans ses mèches. Le muscle de sa poitrine palpitant comme jamais son corps se voyait auréolé d'une chaleur sans pareil alors qu'elle avait fermé les yeux pour l'embrasser ne les ouvrant que lorsqu'il la souleva de terre pour la placer plus en hauteur comme une déesse.
Ses mains déposées sur les épaules de son tendre amour, elle les fit remonter vers son visage pour l'encadrer de ses doigts fins alors qu'elle accueillait sa déclaration avec un bonheur particulier. Approchant ses lèvres des siennes tout en fermant les yeux, elle murmura sur le même ton que lui empli d'une tendresse ses mots avaient tout autant de porter que ceux qu'il lui avait offert.

" - Et moi dont... "

Elle lia ses lèvres aux siennes, retenant son visage avec une force insoupçonnée qui intimait qu'elle ne se voyait plus sans lui à ses côtés après cet aveux qui leur offrait un avenir. Lui qui voulait pouvoir être vu à son bras, allait être vu la main posée sur son ventre rond, comme le père de l'enfant de la plus puissante Kunoichi du pays de l'eau. Une bien délicieuse consolation après des semaines et des semaines à se dissimuler pour se dévorer l'un l'autre.
Offrant une fin lente et douce à leur baiser, les yeux de la belle Terumi s'ouvrirent avec douceur pour lui sourire, son nez frôlant le sien alors que son pouce venait caresser la joue délicieusement douce de son amant.

" - Tu as peur... ? "

Elle savait à quel point Eizo était un homme fier qui craignait de ne pas être en mesure de se contrôler, de contrôler son démon. Elle savait que cette pensée le hantait et que ses entraînements avec Yagura était d'une intensité bien au-delà de son imagination tant il prenait sur lui pour venir à bout de Rokubi. Et s'il avait dit craindre de pas être un bon père ce n'était pas seulement parce qu'il n'avait jamais connu de véritable figure paternel comme il se devait mais également parce qu'il ne maîtrisait pas pleinement le démon à six queues qui nichaient dans ses entrailles. Et s'il craignait de ne pas être un bon père, c'est qu'il craignait de ne se faire submerger un jour par la colère du Bijuu et en venir à des actes irréparables.
Les mains de Mei s'activaient sur son visage en caresse, son front posé contre celui de son homme ses prunelles scrutaient les siennes avec intensité et amour, sondant son esprit complexe à la recherche de sa réponse.

avatar
Administrateur
Nibanme
二番目

Messages : 263
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m93 et 85kg
: Kiri
: Kirigakure no satô
● Disponibilité du joueur ● : J'aimerai me faire violer dans les plus bref délais. Merci.

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
46/58  (46/58)
PV:
320/320  (320/320)
PC:
725/725  (725/725)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Sam 9 Juil - 16:00
Il accueillit les cinq mots dont elle lui fit don comme s’ils étaient les plus beaux des trésors et ne manqua pas de lier ses lèvres aux siennes avec une passion et une fougue amoureuse que ne trahissaient que trop les pulsations fortes et régulières de son cœur battant à l’unisson du sien. Glissant ses doigts sur sa nuque pour un touché éthérée qu’il pensait apprécié par son tendre amour, Eizo les laissa s’aventurer dans la toison auburn soyeuse pour un amoureux contact qu’il gouttait plus que jamais comme étant le sel de son existence. Jamais plus il ne la quitterait…

Il s’aventurait sur un chemin qui lui était inconnu tant il n’avait jamais vraiment eu la chance de compter sur une véritable figure paternelle tout au long de son enfance. Ses souvenirs lui renvoyaient l’éducation brutale et sommaire de son Sensei qui s’approchait le plus d’une figure paternelle, au point qu’Okamura le considérait même comme tel, mais il ne gardait en mémoire aucun fragment de sa vie précédente, aucune bribe de ce que lui avait apporté ses géniteurs et du comportement qui avait été le leur dans sa plus tendre enfance.

Il s’apprétait à marcher sur les chemins de la paternité sans avoir aucun point de repère ni même imaginer comme l aurait à procéder. Sa seule famille se composait dorénavant d’une bande de Ninjas ralliés sous la bannière d’un Clan qu’il avait lui-même fondé : le Nexus ! Mais aucun d’entre eux n’était à même de soulager ses doutes quand à sa capacités d’être un bon père pour l’enfant qui serait le sien. Mais alors que ses lèvres se déliaient de la douce lippe de Mei, il prit conscience d’une chose : tout irait bien tant qu’il parcourait ce chemin inconnu à ses côtés.

Son sourire fut à même de le rassurer autant que le doux touché de son nez effleurant le sien dans une caresse sensuelle qui la plaçait comme étant la femme idéale pour lui tant elle le connaissait bien. Le touché de son pouce ne lui fit comprendre qu’en réalité elle le connaissait par cœur et qu’elle lisait en lui comme dans un livre ouvert car les mots qui s’échappèrent de sa bouche étaient les dignes représentant de tout ce qui pouvait habiter le jeune homme en l’instant. Alors, la fuyant du regard, il entreprit de lui confier sur le ton du murmure :


« Oui… »

Il était même terrifié par tout ce que l’arrivée de cet enfant pouvait engendrer… Peur de ne pas être le père exemplaire qu’il se devait d’être de par son passé, de par son comportement d’homme avide de combat et toujours à la recherche de la performance comme de l’amélioration continue, de son absence de repaire dans le domaine familial, de tout ce qu’il pouvait représenter aux yeux du monde… Peur d’apparaitre à Mei comme un compagnon incapable et un piètre père pour l’enfant qui était le sien.

Mais il était surtout terrifié par tout ce que sa condition de Jinchuuriki, celle qu’on lui renvoyait au quotidien au travers de ces regards emplis de dégouts comme de frayeurs. Car de toute évidence et à la lumière des extraordinaires compétences de Yagura, il n’était ni plus ni moins qu’une bombe à retardement, une menace permanente pour les habitants de Kiri qu’il s’échinait pourtant à protéger. Son Bijuu était un Danger si Grave… Avait-il vraiment l’envie de soumettre son enfant à la mauvaise influence comme au risque permanent que représentait Rokubi ? Fuyant toujours le regard de Mei, il se contenta de prononcer sur un ton mal assuré qui contrastait avec l’étreinte de ses bras se faisant de plus en plus forte sur le corps de son tendre amour :

« Peur de moi… »
avatar
GodMother
¤ Godaime Mizukage ¤
五代目・水影

Messages : 1037
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m68/57kg/105D
: Mizu no kuni
: Kirigakure no satô
一族 : Terumi

● Disponibilité du joueur ● : 42

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
8/64  (8/64)
PV:
400/400  (400/400)
PC:
980/980  (980/980)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Dim 10 Juil - 11:06


Et tandis que le regard de son amour se faisait fuyant, c'était son visage lui-même qui s'abaissait pour ne pas faire face à celui de Mei qui attrapa avec tendresse la puissante mâchoire. Plongeant son regard dans celui d'Eizo, il pouvait y lire tout l'amour qu'elle lui vouait après tout ces évènements passés et cette nouvelle d'un enfant ne faisait qu’enchaîner plus encore son coeur à cet homme. Sa main caressant la joue chaude du Jinchuuriki, le bout de ses doigts vinrent jouer avec une mèche sombre de sa chevelure pour la replacer derrière son oreille et lui faire à nouveau part de ses tendres yeux aimants qui seraient à même de le rassurer.
Approchant à nouveau son visage, elle déposa un tendre baiser sur l'un de ses yeux, laissant durant ce dernier un instant, elle ne retira sa bouche qu'avec une infinie lenteur pour éloigner son visage du sien. Ses mains descendirent où il la tenait pour la relever vers lui et elle délia ses doigts afin que ses pieds reposent à nouveau sur le sol. Attrapant le menton de son tendre compagnon, elle le fit s'asseoir à nouveau sur le lit et attrapa la paume puissante du shinobi pour la déposer sur son ventre avec douceur.

La main de Mei s'aventurant à nouveau le visage d'Eizo, le cajolant d'une nouvelle caresse. Elle appuyait sa propre paume sur celle du jeune homme. Il ne pouvait bien évidement rien sentir encore mais il y avait bel et bien dans les entrailles de la jeune femme un être qui était le fruit d'un amour consommé une nuit après des années de dénis. Les prunelles de Mei brillaient de plus en plus à l'idée de voir le bretteur comme le père de son enfant.
Elle appuya un peu plus sur son ventre et elle ouvrit enfin la bouche après un silence délicieux qui avait laissé le temps à son amant de réfléchir un peu plus encore.

" - Quand bien même tu y mettrais toute la volonté du monde, tu serais incapable de faire du mal à ceux que tu aimes. "

Avait-il déjà jamais levé la main sur Mei en dehors d'un combat où ils s'improvisaient ennemis ? Jamais. Et lorsqu'il avait laissé exploser la puissance de Rokubi il avait toujours été en mesure de lutter contre ce dernier, de le contraindre à sa propre volonté. Eizo avait beau avoir peur de lui, de sa condition de Jinchuuriki, il n'en restait pas moins un homme au mental d'acier qui avait toujours su asseoir sa domination sur le démon qui nichait dans ses entrailles depuis presque quinze ans déjà.
Elle avait confiance en lui et en tout ce qu'il était, représentait à ses yeux. Il serait un bon père et tout aussi bon amant.

Alors lentement, elle fit passer les doigts d'Eizo entre les pans de sa robe pour qu'il sente la peau chaude de son ventre et qu'il ressente cette réalité qui mûrissait en elle, plus encore. Les doigts longs du jeune homme furent glissés entre les mailles du filet qui retenait toujours son corps et elle posa son front sur le haut de sa tête, embrassant son front tout en chuchotant pour lui.

" - Et puis tu n'es pas seul... "

avatar
Administrateur
Nibanme
二番目

Messages : 263
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m93 et 85kg
: Kiri
: Kirigakure no satô
● Disponibilité du joueur ● : J'aimerai me faire violer dans les plus bref délais. Merci.

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
46/58  (46/58)
PV:
320/320  (320/320)
PC:
725/725  (725/725)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Dim 10 Juil - 15:29
Le contact des doigts de Mei sur sa peau avaient le don de calmer ses inquiétudes comme de balayer ses doutes dans une chaleur rassurante. Pouvait-il encore envisager le restant de ses jours sans cette remarquable femme à ses côtés ? Pas le moins du monde… Son regard sembla bien recouvrir son corps entier d’une aura rassurante alors qu’elle déposait un tendre baiser sur une des paupières recouvrant ses iris vermillon.

Elle touchait à nouveau le sol et son attitude de princesse intimait au Bretteur de son cœur qu’il était temps pour lui de s’asseoir de nouveau sur le rebord de ce lit. Il ne savait pas si c’était ici que son enfant avait été conçu et n’en connaitrait probablement jamais la réponse, mais une chose est sure : cet endroit avait une toute autre signification pour leur couple désormais. Il leva vers elle ses yeux rouges cerclés d’une inquiétude bien moins prononcée alors qu’elle cajolait sa joue de ses doigts tout en refermant une main sur une des siennes, plus puissante et large…

Sa paume engloba le ventre de la belle et c’est ainsi que le Bretteur de la Brume fit la connaissance de son enfant pour la première fois, par le toucher de ce ventre qu’il n’avait que trop couvert de baiser. Il ne sentait aucune vie mais pouvait déjà imaginer son futur sous les chairs douce comme une peau de pèche que ses doigts cajolaient et que la main de la plantureuse Terumi plaquait avec plus de force encore. Le silence imposait la réflexion mais Eizo en savourait surtout l’instant magique où il prenait pleinement conscience que cet enfant était le sien et qu’il scellait définitivement sa vie à celle de Mei pour une existence qu’il souhaitait rendre heureuse au possible.

Alors il accueillit les paroles de son tendre amour dans un silence nouveau qui appelait à la confiance. Oui… Il était tout bonnement incapable de briser ceux qu’il aimait. Et s’il avait la chance de voir naitre cette famille qu’il avait tant rêvée, jamais il ne pourrait bien leur faire le moindre mal. Mais la créature qui nichait dans ses entrailles ne serait probablement pas du même avis. Aussi, et sans le savoir, Mei venait elle d’imprimer dans la volonté sans faille de son amour l’objectif de devenir le Parfait Jinchuuriki… L’Egal voir même l’Alternative Supérieure à Yagura et aux lointaines légendes que représentaient les Maitres des Démons comme Killer Bee, Uzumaki Kushina & Uchiha Madara ! Pour son Amour et son Enfant, il deviendrait un tout autre homme plus jamais soumis à la destructrice volonté de son fardeau !

Et alors que ses doigts glissaient entre les vêtements de sa belle pour n’en sentir que plus encore la douce chaleur émanant de son ventre, il étira un sourire à ses paroles et son imagination lui fit sentir la morsure de poing de Punk sur sa joue. Il les voyait eux… Comment avait-il pu les oublier… ? Les membres du Nexus… Nexus, un terme ancien signifiant le lien, l’entrelacs des causes et des effets, mais également un monde virtuel dans lequel on peut influer sur son destin : la porte des âmes. Ensemble, ils se motivaient, se tiraient mutuellement sur le chemin de la force et de la progression continue ! Un combat ne se gagne pas seul ! Ils devaient donc s’entrainer avec les meilleurs… Pour pouvoir un jour vaincre les meilleurs ! Telle était la raison d’être du Nexus. L’union de huit Shinobis d’Elite qui se respectent et s’éprouvent au combat pour n’en ressortir que plus grand ! Ils étaient sa Famille ! Il avait les moyens de vaincre Rokubi avec leur soutien…

Puis il la vit elle au devant de ses amis, celle pour qui sont cœur battait. Ses lèvres pulpeuse s’étirant dans un sourire charmeur alors que son unique œil d’émeraude visible lui adressait un regard tendre qu’il n’avait jamais eu le souvenir d’avoir vu braqué sur lui, sans pour autant que son visage ne se voit dépeint de son sempiternel air sévère. Elle était son amour et il passait un bras dans son dos pour l’étreindre avec plus de force… D’autres silhouettes apparurent alors : Iset l’infirmière, Oba le vieux tenancier du Rozan Kô Ryû Ha… Puis enfin, vint l’image de Yagura. Et au devant de tous les autres, la silhouette d’un petit être aux cheveux auburn et aux yeux rouges avant qu’il ne le darde d’une regard émeraude qui relevait sa coiffure sombre... L’ensemble de ces silhouettes leva le bras à l’unisson de cet étrange enfant en direction d’Okamura qui en resta interdit. En effet, il n’était pas si seul que ça…


« Oui… »

Son bras libre la serrait contre lui, passé dans son dos, alors que ses lèvres déposaient un doux baiser sur le ventre de son amour. Elle avait su trouver les mots pour le rassurer et il se sentait un brin honteux d’avoir eu la faiblesse du doute alors qu’elle venait de lui annoncer la plus belle nouvelle de son existence. Silencieux, le Bretteur de la Brume ne put, toutefois, pas s’empêcher d’être inquiet pour la suite car les jours prochains annonçaient l’enfer de la Guerre… Il aurait aimé lui dire de ne pas se rendre sur le front avec lui, de rester ici mais il ne la connaissait que trop bien pour l’imaginer inactive. Alors en quelques mots qu’elle saurait traduire, il se contenta de lui dire :

« Je veux que tu ne prennes aucun risque, Mei… »
avatar
GodMother
¤ Godaime Mizukage ¤
五代目・水影

Messages : 1037
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m68/57kg/105D
: Mizu no kuni
: Kirigakure no satô
一族 : Terumi

● Disponibilité du joueur ● : 42

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
8/64  (8/64)
PV:
400/400  (400/400)
PC:
980/980  (980/980)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Dim 10 Juil - 17:01


Les mains de Mei s'animèrent sur la chevelure de jais de son amant. Déposant sa tête contre sa poitrine, il pouvait entendre le coeur de sa belle battre avec douceur et sérénité tant sa présence calmait l'oppression d'une journée difficile. Et puis il sembla frapper plus fort dans ses entrailles aux derniers mots du bellâtre bretteur. Maintenant le visage au niveau de sa poitrine, le menton de la jeune femme vint se poser au-dessus de la tête d'un Eizo qui connaissait déjà la réponse à cette phrase qui intimait à Mei de ne pas venir combattre au front après l'affrontement d'aujourd'hui mais comment la Mizukage pouvait-elle imaginer un seul instant préférer la douceur de ses draps alors qu'ils seraient au combat et qu'elle devrait être là pour les mener ? C'était tout bonnement impossible mais elle sacrifierait son corps entier pour protéger son ventre, elle voulait le voir grandir en elle cette enfant mais elle ne pouvait pas pour autant nier ses responsabilités.
La voix chaude de la future mère s'éleva au-dessus de lui, soufflant au-dessus de sa tête, elle caressait ses cheveux sans encore oser le regarder. Il allait refuser, s'énerver, s'élever contre sa décision comme un véritable fauve.

" - C'est parce que je vais en prendre que j'ai voulu te le dire plus tôt. "

Ses paumes descendirent vers son visage alors qu'elle se reculait à peine, juste assez pour ses prunelles puissent à nouveau plonger dans celles de son amoureux compagnon. Ses doigts glissèrent contre sa tempe pour s'échouer sur sa joue en une délicieuse caresse qui avait de quoi effrayer le Jinchuuriki au vue des paroles qui allaient être accompagner de ce mouvement. Le regard de Mei s'échoua un instant sur le sabre posé sur le lit puis revint vers le visage d'Eizo qu'elle avait relevé de ses doigts et qu'elle surplombait avec une domination amoureuse afin de le voir se soumettre plus docilement à sa décision.
Elle allait mettre en danger sa vie, celui de son enfant et il allait devoir l'accepter.

" - Nous allons partir dès demain matin... Et je suis la seule à avoir une idée de l'endroit où ils peuvent se cacher. Nous ne pouvons laisser cette attaque envers Kiri impunie après un tel échec à protéger les nôtres. Je serai en première ligne et... j'aimerai que tu restes au village et que tu prennes ma place durant mon absence, Eizo. "

La belle mer de Jade que formait ses prunelles plongeaient avec intensité dans les iris sanglants du bretteur. Elle savait sa demande des plus improbables et sûrement même provocatrice parce qu'elle lui demandait finalement de rester à Kiri, gérant le village pendant qu'elle mettrait sa vie en danger face à des ennemis plus puissants que jamais qui avaient encore sûrement bien des cartes à jouer dans cette confrontation. La main de Mei passa sur la joue d'Eizo comme une supplication à cette demande, mais à vrai dire cela n'était peut-être qu'une façon comme une autre de masquer les intentions de Mei de garder l'homme de sa vie en dehors de toute risque pour sa vie quand elle-même allait déjà jouer la sienne et celle de son enfant, elle se voyait bien mal craindre en plus de cela pour celle du beau bretteur.
avatar
Administrateur
Nibanme
二番目

Messages : 263
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m93 et 85kg
: Kiri
: Kirigakure no satô
● Disponibilité du joueur ● : J'aimerai me faire violer dans les plus bref délais. Merci.

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
46/58  (46/58)
PV:
320/320  (320/320)
PC:
725/725  (725/725)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Mer 13 Juil - 21:32
Les douces caresses de la belle comme le rythme apaisant de son Cœur était à même de calmer sa volonté qui n’en fut que plus farouchement renforcée dans son idées de protection à la vue des premières paroles de la plantureuse Mizukage. Silencieusement, il la remerciait pour ce geste qu’il ne savait pas réellement comment apprécier mais se doutait que ce premier lot de mots n’était que le prélude à une attitude qui opposerait, très surement, la Terumi à son Jinchuuriki.

Cela ne manqua pas et quand elle recula légèrement son corps du sien pour mieux planter son regard dans les vermillions iris du Bretteur de la Brume, ce dernier pu lire dans l’expression de Mei un trait qui ne lui conviendrait pas le moins du monde… L’étrange va et vient qu’elle procéda de son regard émeraude ne fut pas insolite aux yeux du dernier Okamura. Elle eut beau mettre énormément d’intensité dans son propre regard, celui d’Eizo trahissait toujours une muette détermination qui ne s’effriterait pas face aux ordres de sa, pourtant, supérieure hiérarchique.

Elle avait beau jouer du sensuel touché de sa main sur sa joue, Eizo ne laissa pas un seul instant frémir son regard et il le plongea même avec plus de force que jamais dans celui de sa belle. Les mots qu’il allait prononcer seraient à la mesure du personnage et il souhaitait que son tendre amour puisse contempler toute sa froide détermination. Alors, dans un mouvement reptilien il fit monter sa main vers le visage de Mei et dégagea avec une infinie douceur la mèche de cheveux auburn qui faisait office d’esthétique cache œil. Appuyés par la puissance de son sanglant regard, les mots d’Eizo se détachèrent de sa lippe dans un murmure inébranlable :


« Et tu penses que je suis le genre d’homme à laisser la femme qu’il aime prendre tous les risques au combat sans même mettre sa vie en jeu pour la protéger… ? »

De ses bras, il serra Mei contre lui alors qu’il se redressait et la surplombait désormais de sa taille, cherchant à l’envelopper de cette aura chaleureuse qu’il pouvait exsuder en sa présence et qui guidait ses bras sur son corps pour l’entourer d’un cocon protecteur. Sondant toujours l’âme de sa belle partenaire de son regard sanglant, le Bretteur de la Brume pencha son visage vers celui de sa Mizukage pour plaquer avec une tendresse infinie ses lèvres contre les siennes pour un baiser qu’il saurait à même d’exprimer bien mieux que tous les mots du monde ce qu’il contenait en son cœur. Et quand le doux échange cessa, le Porteur de Rokubi murmura dans son souffle chaud :

« Considère que ton Nibanme prend bien acte de cet ordre mais que l’homme amoureux ne peut accéder à cette requête car il s’estime être un des plus apte à protéger sa famille… Ne compte pas sur moi pour te laisser seule affronter ces dangers. Je vous protégerai tous les deux… »

Une main d’Eizo se posa de nouveau sur le ventre de son tendre amour pour se nourrir plus encore de sa chaleur et indiquer qu’il mettrait tout en œuvre pour protéger son enfant… Il pouvait bien douter d’un grand nombre de chose actuellement, le Second Jinchuuriki de la Brume était bien certain d’une chose : il donnerait sa vie pour que son enfant puisse en avoir une !
avatar
GodMother
¤ Godaime Mizukage ¤
五代目・水影

Messages : 1037
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m68/57kg/105D
: Mizu no kuni
: Kirigakure no satô
一族 : Terumi

● Disponibilité du joueur ● : 42

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
8/64  (8/64)
PV:
400/400  (400/400)
PC:
980/980  (980/980)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Mar 19 Juil - 19:30


Ses beaux yeux furent enfin visibles de concert, l'iris meurtri se braquant avec toujours autant d'intensité dans les prunelles de son amant comme toujours pour y déceler la moindre note de dégoût vis-à-vis de cette dernière. Complexe et honte, la cicatrice qui traversait son visage n'était connue que de lui et s'il se donnait ainsi le droit de la découvrir pour l'observer ce n'était sûrement pas par plaisir mais surtout pour donner plus d'impact encore aux mots qui s'échappèrent de sa bouche alors que sa douce restait muette. Il s'était relevé et elle le regardant en levant le menton vers lui à présent, ses mains descendues et posées sur son torse qu'elle tentait d'accrocher de ses doigts fins alors qu'elle se laissait envoûter par son regard et son délicieux touché.
Guidant sa tête vers la sienne, elle laissa ses lèvres rencontrer sa bouche pour répondre à son baiser avec tendresse, sa main remontant le long de son torse pour venir englober sa mâchoire ce n'est qu'avec peine que lui laissa le loisir de quitter ses lèvres pour le voir à nouveau plonger ses yeux dans les siens. Souriant à ses dernières paroles, Mei posa sa propre main sur celle de son amant en baissant la tête vers sa large paume qui englobait son ventre avec facilité.

Alors elle releva son visage vers lui, posant sa main sur sa joue avant de darder un regard vif sur lui.

" - Et je te protégerai... "

L'enfant qui se développait dans ses entrailles avait beau être un futur radieux à ses yeux sans Eizo pour le partager avec elle il n'aurait aucune saveur, aucune couleur, aucune odeur, aucune texture. Sans lui, l'idée même d'être mère n'aurait plus aucun sens tant elle verrait son visage dans le beau fascié de son enfant. Alors si dans l'échange de demain venait un instant où le sacrifice de ses entrailles devenait nécessaire pour sa vie, aucun doute ne viendrait perler à son esprit.
Sa paume se retourna pour offrir en une longue caresse le dos de sa main qui glissait vers son torse tout comme le regard de la belle qui chuchota.

" - Car cet enfant qui grandit en moi n'aurait aucun sens sans toi... "

Un long soupir s'échappa de sa bouche et elle se plaqua littéralement contre lui, l'une de ses mains passant dans son dos et s'agrippant à son corps tandis qu'elle posait son front sur son torse et qu'elle inspirait avec force son odeur. Ne lui offrant que le haut de sa tête comme toute visue, il pouvait cependant sentir son souffle qui s'écrasait sur sa peau avec force et ses ongles qui s'accrochaient à lui comme si elle craignait de le perdre à tout instant.
Une vie sans Eizo serait bien fade.
avatar
Administrateur
Nibanme
二番目

Messages : 263
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m93 et 85kg
: Kiri
: Kirigakure no satô
● Disponibilité du joueur ● : J'aimerai me faire violer dans les plus bref délais. Merci.

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
46/58  (46/58)
PV:
320/320  (320/320)
PC:
725/725  (725/725)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Mer 27 Juil - 8:30
Oh il ne pouvait rien sentir encore du contact de sa paume sur le ventre qui engendrait la vie, mais Eizo y voyait là une sorte de pas énorme en avant dans son existence. Lui qui ne connaissait plus rien de la notion de famille allait devenir père… Ses seuls repères se trouvaient dans l’éducation sanglante et violente offerte par un Sensei qu’il avait cru tyrannique avant de comprendre qu’il n’était rien d’autre que protecteur à sa façon. Et s’il devait imaginer un rôle de famille, ne serais ce pas ce que l’on pouvait imaginer en le contemplant entouré du Nexus ? Une bande de « frères »d’âme plus que de sang et à même de faire ce que font les frères entre eux : s’éprouver comme se protéger !

Alors c’est avec ses propres repères étranges qu’il comptait bien élever cet enfant et vivre au sein de sa famille… Il ne s’imaginait plus sans Mei et ne s’était jamais vraiment imaginé au bras d’une autre, même quand il avait eu une courte mais intense relation avec Iset… Le Jinchuuriki ne pouvait pas s’empêcher d’avoir peur de ne pas être à la hauteur. Mais il ne serait pas seul à assumer cette paternité et s’assurait de ne pas le devenir en employant toute sa force pour la protéger elle. Ils ne faisaient que se promettre une protection mutuelle et les mots de Mei lui intimèrent de la serrer plus encore contre lui. Il l’aimait. Tout simplement…


« Comme si je pouvais imaginer une vie sans vous désormais… »

S’il ne s’imaginait pas capable de vivre sans Mei, Eizo ne se voyait plus à même de pouvoir vivre avec les images de ce futur enfant dans la tête. De cette petite bouille souriante aux yeux émeraude, rubis comme peut être verrons étirer un sourire à même de sublimer ses cheveux de jais marbrés d’auburn… A mois que ce ne soit l’inverse. Le voir faire ses futurs premiers pas sous le regard attendris de la mère qui sommeille en Mei, l’imaginer prononcer de sa petite voix et pour la première fois « Maman ! » comme « Papa ! ». Autant de chose que le Bretteur de la Brume souhaitait vivre avec elle et avec cet être formidable qui grandissait en elle.

C’est avec un amusement certain sur le visage qu’il se pencha dans le cou de la belle Mei pour délivrer un doux baiser sur sa peau, ses mains la plaquant avec plus de force contre son corps pour une étreinte aussi douce qu’elle pouvait en être assurée. Force et tendresse caractérisaient Eizo quand il était au contact de son tendre amour et il laissa ses mains caresser amoureusement les formes de sa Mizukage alors que ses lèvres effleuraient sensuellement la peau de pèche pour remonter vers son oreille avec une infinie lenteur. Le souffle chaud et amoureux du Porteur de Rokubi battit alors le lobe pour porter au tympan un message prononcé sur un ton que la belle Kunoichi aux prunelles de jade saurait déchiffrer :

« Tu sais… Je suis assez grand pour me protéger moi-même. »

Se protéger lui-même probablement car Eizo avait une confiance absolue en ses capacités, lui qui suivait la voie du Sabre dans une Application toute personnelle. Se définissant comme un véritable Artiste des Arts Martiaux Mixtes, à l’image de tous ses amis du Nexus, il ne cessait de s’entrainer, de méditer et de s’exercer pour avancer vers la perfection tout en ayant conscience d’une chose : il ne pourrait jamais l’atteindre ! Mais il s’en approcherait, toujours plus… Et s’il avait pris conscience d’une chose c’est qu’au cours d’un combat, le Ninja le plus proche de la Perfection s’impose ! Alors s’il pouvait potentiellement goutter à une nuit de délice au contact de Mei, celle-ci ne le retrouverait pas dans son lit au lendemain… Car dans son Esprit, il avait pour idée de sacrifier une bonne partie de sa nuit à l’entrainement de son corps et de son esprit. Son meilleur ami Punk le lui avait bien dit un jour : « Dans le domaine de l’âme il n’est jamais trop tard pour changer. Comme chez les femmes, une nuit peut suffire pour qu’elles changent d’état d’esprit… ». Alors une nuit serait peut être suffisante pour lui faire faire des progrès significatifs en vue de la Guerre qui approche…
avatar
GodMother
¤ Godaime Mizukage ¤
五代目・水影

Messages : 1037
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m68/57kg/105D
: Mizu no kuni
: Kirigakure no satô
一族 : Terumi

● Disponibilité du joueur ● : 42

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
8/64  (8/64)
PV:
400/400  (400/400)
PC:
980/980  (980/980)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Mar 2 Aoû - 11:32


Se protéger lui-même certes mais se protéger de lui-même était une autre chose. Elle savait qu'à tout moment une trop forte émotion aurait pu le faire sortir de ses gongs et même si la jeune femme avait pleinement confiance en lui elle ne pouvait se permettre de ne pas imaginer cette potentialité et y remédier. Pour l'heure cette nuit serait peut-être la dernière qu'ils auraient le plaisir de partager l'un et l'autre, ses doigts se saisissaient avec plus de force encore de sa peau comme si la Mizukage aurait voulu pouvoir pénétrer ce corps pour s'y unir complètement mais à défaut d'y parvenir et échauder par ses respirations et l'odeur de sa peau enivrante elle soupira d'aise avant de relâcher le puissant corps qui lui faisait face.
Ses doigts coururent jusque devant son torse avant de remonter jusqu'à sa mâchoire et de la prendre dans sa paume avec amour en lui souriant d'un air tendre qu'il ne lui connaissait que depuis bien peu de temps. Eizo avait su rendre la belle plus douce en lui offrant le plaisir de l'aimer en toute confiance. Ses doigts cajolaient son visage et ses deux prunelles découvertes le fixaient avec une intensité délicieuse.

Puis le poids du futur vint retomber sur ses épaules. Toutes ses belles paroles, tout cet amour et tout ses regards... Demain ils partiraient tout deux combattre des ennemis dans la puissance était effrayante et lentement elle se souvenait peu à peu de la raison qui l'avait poussée à tout lui dévoiler avant qu'ils ne partent. Ils allaient risquer leur vie et elle plus encore que tous les autres même si elle ne pouvait le lui dire mai sil y avait de grande chose qu'elle revienne inerte au creux de ses bras.
Glissant ses doigts derrière la nuque forte, elle intimait au Nibanme de baisser la tête en le pressant vers elle, déposant sur ses lèvres un long baiser tandis que son autre main venait se déposer sur sa joue et qu'elle fermait les yeux de plaisir au contact qu'il lui offrait. Déliant leur bouche un instant, ses lèvres frôlaient toujours les siennes dans le chuchotis de sa voix.

" - Profitons de cette dernière nuit. Qui sait de quoi demain sera fait... "

Elle le repoussa alors en arrière, le faisant choir sur le lit avant de chevaucher son corps et d'entamer leur dernier ballet. Ses lèvres glissèrent alors vers son oreille, chuchotant à cette dernière tout en la baisant chaudement et amoureusement.

" - A notre retour je veux qu'ils sachent tous que je porte ton enfant... "

La perspective d'un avenir avait de quoi échauffer chacun de ses sens et de lui offrir une force ainsi qu'une détermination qu'elle n'avait pas goûté depuis bien longtemps à présent. Et c'est sûr ses paroles qu'elle referma ses lèvres sur les siennes, le couvrant de ses caresses et l’embaumant de son désir.

avatar
Administrateur
Nibanme
二番目

Messages : 263
Kiri Gakure
Âge : 34 ans
Taille/Poids : 1m93 et 85kg
: Kiri
: Kirigakure no satô
● Disponibilité du joueur ● : J'aimerai me faire violer dans les plus bref délais. Merci.

Fiche Ninja
Evolution de l'XP:
46/58  (46/58)
PV:
320/320  (320/320)
PC:
725/725  (725/725)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: :: Should've When You Could've ::

le Jeu 4 Aoû - 9:42
Il laissa sa mâchoire se crisper sous l’action de ces doigts fins mais forts qui s’incrustèrent presque dans sa peau avec une force à même d’engendrer une douleur tellement proche du plaisir pourtant… Eizo laissa ses lèvres se pincer d’un fin sourire alors qu’elle le relâchait pour mieux parcourir son torse et son visage qu’elle enserra bien vite de sa main fine et autoritaire. Ce sourire était le plus beau des trésors qu’elle avait su lui donner avant que ne se dévoile son passé et ses blessures qui ne le rendaient plus amoureux encore et apte à fonder un semblant de famille à ses côtés.

Il pouvait la sentir un brin tendue par la perspective de la guerre approchante et ceci ne la rendait que plus tendre encore alors qu’elle usait de sa maigre force physique pour lui intimer d’approcher ses lèvres des siennes. Tous deux échangèrent un long baiser au gout sucré qui enchanta les sens du Bretteur et hérissa sa peau de spasme pourtant si doux. Elle s’adressa alors à lui et il ne fut plus d’humeur à rire. Si elle lui parlait ainsi c’est car elle estimait la défaite possible et par là même la mort. Cette vision en tête, le jeune homme au corps couturé de cicatrice laissa son dos heurter le lit de leurs jeux amoureux.

Son esprit n’en était que peu réactif à ce corps divin qui entreprenait de le chevaucher alors qu’il se souvenait les affrontements du Matin. La puissance retorse du Shinobi au Costume Blanc contrastant avec la force aussi brute que redoutable de ce combattant musculeux au torse barré d’un tatouage qu’Eizo avait trouvé… Impressionnant ! Tous deux étaient d’un niveau bien supérieur à ce que le Bretteur avait pu affronter jusqu’alors et il se demandait même s’il pourrait un jour atteindre un tel niveau. Mais dans son fort intérieur, il avait la réponse… Bien sur que oui !

Shiliew avait fait de lui une sorte de locomotive inébranlable, dont la voie est toute tracée. Peu importe les remparts qui se dressent sur sa route, il trouve toujours les ressources nécessaires à la victoire. Son Sensei lui avait enseigné le pouvoir de la Promesse, de celles qu’il lui avait fait au seuil de la mort, lui jurant qu’il deviendrait un homme digne de tous les sacrifices qu’avait consentit le plus Grand Bretteur de son Temps pour pousser son jeune pupille sur les chemins de l’excellence. A celle-ci, s’ajoutait maintenant celle de devenir un bon père qu’il se faisait à lui-même et qu’il transmettait à son enfant par le contact de sa paume sur le ventre de sa douce. Il ne mourrait pas… Pas sans avoir réalisé cela !


« … »

Il ne répondit pas aux paroles qu’elle lui chuchota tendrement car il ne savait tout simplement que dire… Elle lui offrait ce qu’il avait toujours désiré depuis le début de leur relation. Il avait toujours souhaité ne plus avoir l’impression de lui faire honte et de pouvoir être vu à son bras. Elle lui offrait là bien plus que tout ce qu’il n’avait jamais voulu… Étirant un sourire amoureux, le jeune homme déposa ses lèvres sur celles de son amour et laissa ses mains quitter le ventre de la belle pour glisser sur sa taille. Cette nuit serait la leur… Pour un temps. Car au matin, Eizo ne serait plus là… Honorer ses promesses n’autorisait pas l’oisiveté !
Contenu sponsorisé

Re: :: Should've When You Could've ::

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum